Ça vaut le détour !

Non classé

Bouteille de sirop d'érable avec crêpes

7 faits sur le sirop d’érable

7 faits sur le sirop d’érable 990 650 Jessica French

Liquide d’or et sacré des Québécois depuis plusieurs siècles, l’érable se décline en une multitude de saveurs allant des fins accents de caramel aux petits fruits. Il permet de rehausser le goût des autres aliments tout en remplaçant les agents sucrants de plusieurs recettes, et ce, de l’entrée au dessert. Délicieux et polyvalent, l’érable est surtout un incontournable du temps des sucres ! De la tire sur la neige aux oreilles de crisse, on s’en lèche les babines. En ce mois de l’érable, rendons-lui hommage.

1 – L’arbre chanceux

Sur plus de 150 espèces d’érable, seulement deux produisent de la sève ou de l’eau d’érable essentiel pour produire le sirop d’érable. Plus précisément, ce sont les érables à sucre et les érables rouges qui produisent ce délicieux nectar dont il faut 40 litres pour obtenir un litre de sirop.

2 – Une multitude de produits

L’érable ne se résume pas qu’au simple sirop. On retrouve cette saveur en plusieurs déclinaisons, dont le beurre, la tire, les flocons, le sucre, l’eau et l’alcool d’érable. Si l’eau est parfaite pour parfumer les bouillons et les soupes, elle est aussi merveilleuse pour vos recettes de poisson poché. Les flocons d’érable, quant à eux, sont exquis dans les mélanges d’épices ou sur de délicieux cupcakes. Un must autant avec la viande, les poissons et les légumes.

3 – Un trésor nutritif

Tout le monde devrait avoir cet ingrédient naturel dans sa cuisine de par toutes les possibilités et les nutriments qu’il offre. Dans l’érable, nous retrouvons des acides aminés, des phytohormones, des minéraux, des polyphénols, des vitamines, de l’acide organique et des glucides. En fait, il est possible de combler 72% de vos besoins quotidiens en manganèse avec 60 ml (1/4 de tasse) de sirop d’érable. On parle de 27% dans le cas de la riboflavine, 17% dans celui du cuivre et 6% pour le calcium.

4 – Un quatuor de couleurs

Ce liquide sacré se décline en quatre belles couleurs. Chaque couleur a un goût spécifique et est disponible à un moment précis de la récolte.

  • Doré : le sirop de couleur doré offre un goût délicat. Il est fabriqué à partir de la sève d’érable de début de récolte. Merveilleux sur le yogourt et la crème glacée.
  • Ambré : idéal pour les vinaigrettes et le nappage, le sirop doré propose un goût riche.
  • Foncé : on se rapproche ici d’une saveur plus caramélisée parfaite pour la cuisson, la pâtisserie et la confection de sauces.
  • Très foncé : cette couleur est celle qui offre le goût d’érable le plus prononcé et provient de la fin de la saison des sucres. Il est riche, distinctif et merveilleux pour les sauces.

5 – Deux catégories

Attention, il n’y a pas que la couleur et le goût qui permettent de distinguer le sirop d’érable, il y a aussi la catégorie et il en existe deux :  la catégorie A et la catégorie transformation. Ceci permet de choisir le meilleur sirop en fonction de votre utilisation.

  • Catégorie A : le sirop de catégorie A est celui vendu en épicerie. Il répond à diverses exigences telles que l’uniformité de la couleur, l’exemption de sédiments et de turbidité.
  • Transformation : tout sirop qui ne respecte pas les exigences de la catégorie A et qui sert à produire d’autres produits de l’érable.

6 – Une canne qui traîne?

Nous sommes tous tombés sur une canne de sirop dans le fond de notre garde-manger dont nous ne nous souvenions plus de la date d’achat. Ce qui est bien avec l’érable, surtout
le sirop, c’est qu’il peut se conserver des années. S’il s’agit de produits d’érable transformés, la date est souvent identifiée sur l’emballage. S’il ne s’agit que d’une canne non entamée, dites-vous que même si vous tombez dessus deux ans après l’achat, il y a de fortes chances qu’elle soit encore bonne. Si vous retrouvez un contenant ouvert, il faut s’assurer que le contenu n’ait pas été exposé trop longtemps à l’air et qu’il a été entreposé dans un contenant hermétique au frais.

7 – Le roi du sirop

La province du Québec génère près de 75% de la production mondiale du sirop d’érable. Les changements de température de l’hiver glacial au doux printemps permettent à la sève de couler et d’être récoltée dans les érablières. Au Québec, il y a plus de 7300 producteurs.

Que ce soit dans une bonne tarte, des grands-pères au sirop, une vinaigrette pour la salade ou encore une bonne tire d’érable traditionnelle, ce liquide doré parfume nos maisonnées depuis des années. Son odeur évoque mille et un souvenirs de notre enfance et de nos multiples visites à la cabane à sucre. Ce serait un péché de se limiter à ça, car l’érable est disponible à l’année et permet une grande polyvalence en cuisine. À vos marques, prêts, sucrez-vous le bec !
Des oeufs sur fond blanc

Pleins feux sur les oeufs

Pleins feux sur les oeufs 990 650 Jessica French

Brouillé, miroir, en neige, en omelette ou dans un gâteau, l’oeuf est un aliment clé pour une multitude de recettes. Il fait lever certains aliments et peut les émulsifier en plus d’aider à épaissir, à lier, à enrober, à colorer d’autres aliments. Quand on y pense, il peut faire bien de la magie en cuisine et on craque définitivement pour lui.

Les composantes de l’œuf

Si certains résument l’œuf à ceci : une coquille, un jaune et un blanc, cet aliment est bien plus que trois composantes. En fait, il y en a huit : la coquille, la chambre à air, la membrane de la coquille, l’albumen (le blanc d’œuf), la membrane du jaune, le jaune, la chalaze et le disque germinatif. Ces huit parties ont toutes une fonction importante. Tandis que la coquille empêche toute bactérie de pénétrer l’intérieur, le disque germinatif est la porte d’entrée pour la fécondation. On retrouve dans les œufs du fer, de la vitamine A, D, E B12, du folate, des protéines, du sélénium ainsi que de la lutéine. Un vrai trésor nutritionnel !

Une question de grosseur

Pee-wee, petit, moyen, gros, extra gros ou jumbo ? Devant cette vaste offre, il est facile de s’y perdre. Toutefois, pour bien comprendre, chaque catégorie est définie par un poids.

  • Pee-wee : moins de 42 g
  • Petit : au moins 42 g
  • Moyen : au moins 49 grammes
  • Gros : au moins 56 g
  • Extra gros : au moins 63 grammes
  • Jumbo : 70 grammes ou plus

La question est : quel calibre prendre pour vos plats préférés ? La plupart des recettes sont conçues pour des œufs dits « gros », mais on peut les substituer par des moyens ou des extra gros. Attention ! Il faut éviter la substitution en pâtisserie ou en boulangerie, surtout lorsque la recette demander de fouetter des blancs d’œufs. En ce qui concerne la couleur de la coquille, celle-ci dépend seulement de la race de la poule. Si vous avez des œufs blancs, c’est en général une poule aux plumes blanches qui les a pondus.

Pour bien conserver

Les cocos sont très fragiles et on ne parle pas seulement de votre facilité à les caser, mais aussi de la façon de les conserver. Il est préférable de les garder dans leur contenant original, car celui-ci les protège et prévient l’absorption des odeurs du frigo. Des œufs à l’oignon ? C’est un peu moins intéressant ! Pour une conservation optimale, il faut les mettre sur la tablette centrale à l’intérieur de la porte de votre réfrigérateur.

Il vous reste des blancs ou des jaunes d’œufs crus ? Mettez-les dans des plats hermétiques et réfrigérez-les rapidement. Pour prévenir l’assèchement des jaunes, il suffit de les couvrir d’un peu d’eau froide que vous égoutterez avant l’utilisation.

Voici d’ailleurs quelque temps de conservation à garder en tête :

  • Frais en coquille : avant la date de péremption
  • Restant de jaune ou de blanc d’oeuf : 2 à 4 jours
  • Œuf cuit dur : 1 semaine
  • Plats préparés à base d’œufs : 3 à 4 jours
  • Œufs marinés : 1 mois
  • Œufs entiers congelés (mélangés) : 4 mois

Soin des oeufs

Au retour de l’épicerie, assurez-vous de réfrigérer rapidement vos oeufs si vous ne les cuisinez pas tout de suite. La température froide du réfrigérateur  empêchera le développement de certaines bactéries nuisibles. Si jamais vous désirez tester la fraîcheur de ceux-ci, mettez l’œuf dans l’eau. Un œuf frais coulera dans l’eau alors qu’un plus vieux y flottera.

Il est aussi possible de congeler les œufs avec la coquille pour une utilisation ultérieure. Au moment de les cuisiner, vous devez les décongeler au frigo durant la nuit ou sous l’eau froide. Toutefois, vous ne pouvez les utiliser que dans des plats qui seront cuits. Il est aussi recommandé de n’utiliser que des œufs de catégorie A ayant été réfrigérés, soit avec une coquille propre et non fissurée.

Finalement, l’œuf a une place de choix dans presque tout ce que nous cuisinons et comble plusieurs rôles. Tantôt subtil dans un muffin, tantôt grande vedette dans une omelette, l’œuf est non seulement polyvalent, mais un choix gagnant en matière de nutrition.

3-facons-dynamiser-assiette

5 façons de dynamiser son assiette pour passer la fin de l’hiver

5 façons de dynamiser son assiette pour passer la fin de l’hiver 990 650 Jessica French

Il n’y a rien de pire que le moment charnier entre deux saisons. Cette période où vous mettez le pied dans le printemps, mais qu’à l’extérieur, c’est encore un peu l’hiver. La pluie et la neige dansent ensemble. Votre moral a besoin de soleil, mais il n’est pas encore tout à fait là. Sauf que pour avoir un bon moral, et ce, peu importe la saison, il n’y a pas que la température à considérer, il y a aussi ce qui se retrouve dans et autour de votre assiette.

Créer une ambiance

On a tendance à croire que toute l’expérience d’une dégustation culinaire ne réside que dans l’assiette. Ce n’est pas tout à fait faux, mais il ne faut pas négliger ce qui l’entoure. La couleur de la pièce, la luminosité de celle-ci ou encore les odeurs qui s’y trouvent ont un impact direct sur la satisfaction ou le plaisir que vous pouvez éprouver en mangeant. Ça ne prend pas grand-chose pour créer une ambiance. Une chandelle allumée au lieu des lumières habituelles ou encore un beau bouquet de fleurs de chez votre marchand peuvent faire toute la différence. Pensez aux petits détails extérieurs à l’assiette qui peuvent égayer l’heure du repas.

Mettre de la couleur et de la fraîcheur

Exit le blanc et le gris que l’on croise tous les jours dans les rues, bonjour le mauve, le jaune et le vert qu’on peut consommer quotidiennement. Une assiette colorée est tout aussi invitante pour les yeux que pour la bouche. L’association entre le printemps, l’été et les aliments frais est indéniable. Alors, n’hésitez pas à intégrer la fraîcheur à votre alimentation. C’est bon pour votre moral, mais aussi pour votre santé.

Intégrer des recettes plus estivales

Vous savez, ces recettes qu’on ne tend qu’à cuisiner qu’au printemps ou en été ? Pensez à les intégrer à votre menu de la semaine. Par exemple, vous pourriez opter pour un petit frosé de temps à autre, un smoothie le matin ou un délicieux bol arc-en-ciel pour le souper. Cela vous permettra d’ensoleiller vos repas, mais aussi de laisser le temps à votre système digestif de faire la transition entre les deux saisons.

Mettre un plat végétarien au menu

Un peu de changement au menu, ça vous dit ? Pas que vos repas habituels ne soient pas bons, bien au contraire. C’est plutôt que l’humain a tendance à rester dans sa zone de confort. Il arrive souvent que les mêmes plats reviennent souvent dans la même semaine, faute de temps ou d’inspiration. Ça devient parfois redondant et il est facile de perdre le plaisir de manger. Pour remédier à la situation, osez mettre un plat végétarien au menu. Cela vous amènera fraîcheur et variété à ce que vous mangez tout au long de la semaine.

Porter une attention aux couverts

Comme mentionné plus haut, ensoleiller son alimentation va bien au-delà des ingrédients que vous choisissez. Ne sous-estimez jamais l’apport positif que la couleur ou le design d’une assiette, d’une fourchette ou d’un napperon peut avoir. Les aliments consommés sont importants, mais combiner le vert vif de la luzerne avec le rose bonbon de votre couvert peut multiplier le sentiment de bonheur que vous ressentirez. Manger est une expérience et le contenant en fait partie.

Ces méthodes peuvent sembler futiles, mais les petits détails font la différence. En les appliquant, vous effectuerez la transition vers le printemps de façon plus douce et plaisante. Amener le soleil un petit geste à la fois, ça commence par votre assiette et par une visite au Marché !

Assiettes de nourriture sur une table

Des idées pour vivre le brunch autrement

Des idées pour vivre le brunch autrement 990 650 Jessica French

Le brunch est l’une des activités favorites des Québécois ! Que ce soit le dimanche matin en famille ou un samedi midi entre amis, on raffole du repas matinal sous toutes ses formes. C’est aussi le repas de la journée où il est possible de combiner sucré et salé dans une seule et même assiette. Le mot bonheur est inscrit en grosses lettres devant les plats succulents qui se trouvent devant nos yeux et notre bouche salive aisément, mais est-ce qu’un brunch se résume seulement à des œufs, du bacon et des patates ? Pas nécessairement !

Osez déroger aux règles

Ne vous méprenez pas, l’assiette classique oeuf, bacon et rôties est un incontournable, mais il n’est pas obligatoire de ne servir que ça. Osez déroger aux règles en incorporant des aliments du dîner ou du souper qui se marient bien avec les recettes déjeuner que vous avez en tête. Pourquoi ne pas proposer une petite pizza déjeuner ou de petites quiches ? Pour les plus aventureux, essayez le tofu brouillé ! Le pire qui peut arriver, c’est que vous allez en manquer !

Revisitez les classiques

Un œuf miroir, des bonnes patates rôties et du bacon croustillant font le succès d’un brunch, certes, mais ils ne réinventent pas la roue. Pour faire changement, pensez plutôt à des recettes et adaptez-les en formule brunch. Par exemple, des gaufres avec avocat et œuf coulant pour remplacer les oeufs bénédictine, une casserole de patates douces pour faire changement de la patate « hash brown » ou des brioches au bacon. L’idée est simple : partez des ingrédients classiques du brunch et proposez-les de façon différente.

Ajoutez des options santé

Parfois, après un brunch, on se sent lourd et gonflé d’avoir ingurgité toutes ces calories. Des éléments frais et plus léger sont les bienvenus dans toute cette abondance de nourriture. N’hésitez pas à inclure des fruits de saison ainsi que des recettes composées de tofu, de légumineuses ou de protéines végétales. Une petite idée comme ça, pourquoi ne pas tenir un brunch végétarien ou végétalien pour le plaisir ?

Plongez dans la diversité

Des fruits, des légumes, du pain, des scones, des croissants, des brioches, des œufs… La diversité amène une touche différente à votre brunch. Toutefois, elle ne s’applique pas seulement aux aliments, mais aussi aux boissons. Offrez des smoothies, de l’eau pétillante avec quelques fruits surgelés, des lattes au lait doré ou encore une boisson originale à laquelle on ne pense pas habituellement pour ce type d’événement. Vous pouvez aussi proposer un brunch complètement sucré, complètement salé ou un qui est un doux équilibre entre les deux.

Pour commencer votre quête, voici une recette parfaite pour vivre le brunch autrement : des petits pots de chia, framboises et pomme grenade.

Couple qui cuisine des aliments frais dans leur cuisine.

Mieux manger sans se priver

Mieux manger sans se priver 990 650 Jessica French

Bien manger est quelque chose de relativement simple, mais qui comporte plusieurs nuances. C’est un défi quotidien d’équilibrer le contenu de son assiette pour mieux se nourrir. Mieux manger, c’est se sentir bien dans sa peau grâce à des repas constitués de vitamines et d’aliments frais. C’est avoir du plaisir à savourer ce que l’on mange, stimuler ses sens, et combler les besoins de son organisme. Doit-on se priver afin de bien se nourrir ? Bien sûr que non ! Il existe plusieurs façons d’améliorer son régime alimentaire sans avoir à se priver, et ce, une petite bouchée à la fois.

Plus de variété

C’est simple, avoir une assiette variée permet non seulement de découvrir de nouveaux aliments, mais aussi de répondre aux divers besoins de votre organisme. Cette variété vous amènera divers nutriments nécessaires à votre bon fonctionnement. Pourquoi ne pas opter pour des salades « différentes » comme une salade de choux de Bruxelles et pois sucrés ou encore une salade de saumon avec concombre en accompagnement ou repas ?

Plus de flexibilité

Nous craquons tous pour une recette plus qu’une autre, mais nous savons tous que de manger trop de biscuits aux pépites de chocolat n’est pas nécessairement la meilleure des idées. Osez changer un élément de votre recette favorite ! Que ce soit le chocolat par des canneberges ou la farine tout usage pour une farine de blé entier. Essayez de changer des éléments de vos recettes pour des aliments plus santé. Ceux-ci peuvent faire toute la différence dans votre alimentation.

Plus de satiété

Avez-vous déjà eu l’impression d’avoir une faim de loup, et ce, quelques minutes à peine après avoir mangé ? Certains aliments sont plus nutritifs que d’autres. En optant pour des flocons d’avoine, de quinoa, d’épeautre ou autre plutôt que des céréales génériques, vous vous assurerez d’atteindre cet état de satiété de façon optimale. En plus, manger lentement et prendre son temps aidera votre organisme à bien absorber les nutriments. Plus de satiété vous empêchera ainsi d’engloutir plus de calories que nécessaire.

Plus de végétaux

Les légumes sont vos meilleurs alliés pour une saine alimentation de même que les fruits. Ils regorgent de bonnes choses pour votre corps et aident à prévenir les maladies chroniques. En fait, les légumes devraient constituer la base de votre alimentation. Selon le nouveau guide alimentaire canadien, la moitié du contenu de notre assiette devrait être constitué de légumes et de fruits. Cuisinez plus de courgettes, de betteraves, de pommes de terre, de petits pois, de brocolis ou autres !

Plus de protéines végétales

Côté diversité dans l’assiette, il n’y a pas mieux que les protéines végétales. Végétarien ou non, réduire votre consommation de viande vous aidera à atteindre une alimentation équilibrée. Pour obtenir le bon apport de protéines, chose indispensable au bon fonctionnement de votre organisme, pensez à la protéine végétale : tofu, lentilles, tempeh, quinoa, chanvre, noix, etc. Si vous ne savez pas par où commencer, lisez notre guide ultime sur les protéines végétales.

Avant toute chose, pour mieux se nourrir, il faut avoir du plaisir. C’est comme pour le sport, vous ne le pratiquerez pas très longtemps si vous le détestez. Trouvez des façons amusantes d’incorporer ces nouvelles habitudes dans votre assiette. N’hésitez pas à miser sur des aliments frais et peu transformés. Tout cela passe aussi par la cuisine. Plus vous cuisinez, plus vous avez le contrôle sur ce que vous consommez. Alors, sortez votre couteau de chef et votre planche à découper, vos deux outils essentiels pour prendre votre santé en main.

Chocolat

Tout ce que vous ne savez pas sur le chocolat

Tout ce que vous ne savez pas sur le chocolat 990 650 Jessica French

Sucré, salé, à l’orange, en cœur, en palette ou en boule, le chocolat est consommé depuis des lunes. Reconnu pour son réconfort et son côté aphrodisiaque, il est aussi associé au plaisir et à la Saint-Valentin. Toutes les occasions sont bonnes pour en manger, mais êtes-vous certain de tout connaître sur ce petit plaisir sucré ?

C’est la faute des Aztèques

Le chocolat détient son nom de l’Aztèque « xocoatl », un mot qui faisait référence à la boisson amère et épicée que les Aztèques produisaient à partir des fèves de cacao. Le peuple associait le chocolat avec la déesse de la fertilité et c’est ce qui, de siècle en siècle, aurait lié le chocolat à l’amour. Toutefois, il a été prouvé que le chocolat noir pouvait provoquer des pics de dopamine, un neurotransmetteur qui induit les sensations de plaisir.

Parfait pour l’effort

Le chocolat n’est pas qu’une simple gâterie de fin de soirée. Consommer un lait au chocolat aide à récupérer après un effort physique.

L’ennemi du chocolat

Le réfrigérateur n’est pas vraiment le meilleur ami de votre tablette sucrée. Une grande variation de température, et ce, rapidement, fera blanchir votre chocolat. Même chose s’il est maintenu dans un endroit trop humide, trop chaud ou trop froid. Si vous pouvez le consommer sans soucis, le seul moyen de lui faire retrouver sa couleur d’origine est de le faire fondre… Allô la délicieuse fondue au chocolat !

Les types de chocolat

Il n’existe que cinq types de chocolat soit le noir, au lait, le blanc, le blond et le rubis. Le blond et le rubis sont plus rares que les trois premiers et se distinguent par leur couleur dorée et rose. Tout le reste est une question d’arôme. Par exemple, votre chocolat à l’orange sera fait avec une base de chocolat noir ou au lait avec un arôme à l’orange ajouté.

De la qualité

Afin de savoir si votre chocolat est de qualité ou non, vous devez vous fier à ceci : il aura un fini brillant et uniforme. De plus, lorsque vous le casserez, la fissure sera nette et ne laissera pas de miettes. Il ne collera pas au palet non plus.

De bons nutriments

Le chocolat (plus précisément le cacao) s’avère une excellente source de magnésium, de phosphore, de fer, de manganèse et de zinc. Il fournit aussi des vitamines du complexe B en plus d’être très riche en antioxydants. Ces nutriments sont plus élevés dans le chocolat noir. Qui a dit que le chocolat était nocif pour la santé ? En fait, le seul hic à tout ça, c’est que le chocolat est très calorique et gras. À ne pas oublier.

Des bienfaits

Tous ces bons nutriments énumérés ci-dessus donnent des bienfaits au chocolat. Celui-ci a des vertus antistress, aide à réduire le cholestérol et la tension artérielle, soulage les symptômes prémenstruels, améliore l’état de votre peau et en manger quotidiennement pourrait aussi aider à diminuer les risques de prééclampsie lors de la grossesse.

Sa provenance

Le chocolat est fait de fèves de cacao et à l’instar du café, il existe plusieurs variétés. Toutefois, les cacaoyers ne peuvent être récoltés que deux fois par année. On ouvre par la suite les cabosses pour extraire la fève qu’on laisse fermenter afin de développer tous les arômes du chocolat. Puis celles-ci sont étendues au soleil pour sécher et éviter toute moisissure durant le transport. Elles seront par la suite torréfiées, rôties entières avec leur coquille, séparées et réduites en poudre.

Si vous savez maintenant plus de choses sur le chocolat, vous avez aussi l’eau à la bouche. Pour satisfaire vos envies de chocolat, cuisinez quelques-unes de nos recettes comme le chocolat chaud maison ou le gâteau mi-cuit. Bonne dégustation sucrée !

 

La propriétaire de Les Pommes Riquita tenant un panier de pommes du Québec.

12 choses que vous ne savez pas sur vos marchands

12 choses que vous ne savez pas sur vos marchands 990 650 Jessica French

Il n’y a rien de plus satisfaisant que d’encourager local. Que ce soit par l’achat d’un pain fait à la main, d’une pièce de viande produite en Montérégie ou encore d’une pizza faite avec amour, votre cœur se porte mieux lorsque votre achat fait une différence. C’est pourquoi, vous faites régulièrement vos emplettes au Marché public de Longueuil et que vous en profitez pour dire salut à François Pellerin de la Boulangerie du Marché ou encore à Katrina et Sandra des Délices de Nonna. Mais connaissez-vous vraiment vos marchands ? C’est ce que l’on verra…

1 – La baguette célèbre

Eh oui ! En 2017, le célèbre et réputé maître boulanger François Pellerin a été le récipiendaire de la meilleure baguette du Québec grâce à sa célèbre baguette au levain. Celle-ci est offerte quotidiennement à la Boulangerie du Marché avec des pâtisseries, des viennoiseries et des petits plats cuisinés à emporter.

2 – Des pommes du Québec à l’année

Vous pensiez que la pomme du Québec n’était disponible qu’à l’automne ? Faux ! Si elle est bien conservée, celle-ci peut être offerte à l’année comme c’est le cas chez Les Pommes Riquita. Ce marchand vous offre aussi des produits variés (cidres, cidres de glace, tartes et autres pâtisseries) composés de pommes venant de Rougemont. C’est bon à croquer !

3 – Objectif écolo

Le Marché a pour objectif de devenir de plus en plus écolo et l’un des joueurs majeurs est la Fruiterie du Marché. Celle-ci a pour mission de rendre les aliments non emballés le plus accessible possible afin de réduire au maximum le gaspillage et les déchets alimentaires. Amenez vos sacs et vos pots, ils vous attendent avec un grand sourire !

4 – L’Italie à portée de main

Connaissez-vous les Délices de Nonna ? Papa Nunzio et ses filles Katrina et Sandra rendent hommage à leur Nonna en respectant la tradition italienne à la lettre. Des pâtes fraîches au gâteau tiramisu, ce trio propose des produits frais, mais surtout faits à la main sur place. Laissez-vous porter par le réconfort de cette délicieuse cuisine.

5 – Les meilleurs gâteaux en ville

Vous raffoliez des bons desserts faits avec du beurre et de la crème que vous concoctait votre grand-mère ? Retrouvez ce savoir-faire grâce à Cake-toi. Cette pâtisserie propose des desserts artisanaux faits avec de délicieux ingrédients et aussi des ateliers pour que vous puissiez reproduire le tout à la maison.

6 – Une tradition comme il ne s’en fait plus

Siegfried, le proprio de Meyer’s saucisses allemandes élabore et fabrique plus de 80 variétés de saucisses selon la riche tradition allemande. Il y aura assurément une saucisse qui vous fera de l’œil. Il n’hésite pas non plus à s’inspirer du Québec pour ses créations.

7 – Doublement servis

Quoi de mieux que de pouvoir acheter son poisson sur place tout en pouvant se délecter d’un délicieux fish & chips ? C’est la proposition des Galeries de la mer. D’un côté, il y a un comptoir de produits frais avec les prises du jour et de l’autre, un bistro pour être au cœur de l’action et goûter les produits venant de la mer. Le meilleur des deux mondes, quoi !

8 – La carte cachée

Tous nos marchands ne font aucun compromis sur le goût et la fraîcheur des aliments, mais Tacos Nachos Tex Mex amène le tout à un autre niveau ! Cette carte cachée pour les foodies se renouvelle constamment grâce à sa cuisine authentique aux inspirations latines et aux produits de saison. Les meilleurs tacos et nachos en ville ? Ils sont chez TNT ! En plus, ils ont plusieurs options végétariennes.

9 – Un voyage sur place

Plusieurs marchands vous feront voyager tout en ayant les deux pieds bien sur terre grâce aux divers repas ou épices qu’ils utilisent. C’est le cas de la Pâtisserie d’Orient, où une famille cuisine les délices d’Orient comme les baklavas ou encore une tartinade aux dattes et sésames. Une seule bouchée vous fera voyager à des milliers de kilomètres.

10- Mettre le Québec de l’avant

Mettre le Québec de l’avant est un mantra au Marché et La Boulangerie Auger l’a bien compris. Elle produit des pains moelleux à souhait provenant de blé cultivé au Québec sans pesticides et sans agents chimiques. Ce qui semblait impossible pour certains est maintenant un pari réussi !

11 – Le spécialiste du porc

Le porc, ça les connaît! La Boucherie F. Ménard est la mieux placée pour vous conseiller en matière de porc. De la cuisson, à l’apprêtage ou encore la coupe, ils ont ce qu’il vous faut grâce aux producteurs de la Montérégie. Impossible de se tromper !

12 – Une bière entre amis

Si vous pouvez trouver de tout au Marché Public de Longueuil ? Assurément ! De la pizza au pain, en passant par des épices ou du café, une vaste offre vous attend. Toutefois, venir au Marché, c’est aussi prendre le temps de s’arrêter pour déguster une bière de qualité supérieure entre amis au Barrage – Brasseur !

Femme qui cherche un aliment dans son frigo

10 trucs pour éviter le gaspillage alimentaire

10 trucs pour éviter le gaspillage alimentaire 990 650 Jessica French

Un repas prêt-à-manger, du pain, des citrons, des poivrons, des pommes, rien ne vous arrête quand vous venez au Marché et on vous comprend. Tout semble si alléchant ! Le problème ? C’est que vous achetez un peu trop et vous vous retrouvez chaque semaine à jeter un nombre élevé d’aliments. Vous devenez alors coupable de gaspillage alimentaire. D’ailleurs, saviez-vous qu’au Canada, 63 % des résidus alimentaires qui sont mis à la poubelle ou au compostage auraient pu être consommés ? C’est énorme !

Si vous êtes tanné de vivre de la frustration à la vue d’une salade défraîchie qui s’en va à la poubelle, voici dix façons pour vous aider à éviter le gaspillage.

1 – Vérifiez le contenu de votre frigo

Vous achetez votre cinquième citron de la semaine, car vous ne savez plus si vous en avez à la maison, mais quand vous revenez, vous remarquez les 4 autres toujours en vie dans le tiroir ? Voici un truc : regardez toujours ce que vous avez à la maison avant de quitter pour faire votre marché (frigo et garde-manger inclus). Plus vous avez de choses en double plus vos chances d’en jeter sont élevées.

2 – Optez pour la planification

Il ne faut jamais sous-estimer l’impact positif de la planification. Ici, ça passe par regarder ce qu’il y a dans votre frigo, préparer votre menu avant de faire vos emplettes et respecter ce qui est inscrit sur votre liste. En considérant tout ça, vous réduirez les risques de jeter des aliments à la poubelle, vous sauverez du temps et de l’argent.

3 – Conservez bien vos aliments

Avez-vous déjà trouvé un céleri fané oublié au fond du tiroir à légumes ? Vous l’avez probablement poussé au fond après avoir acheté de nouveaux aliments ou peut-être que vous ne l’avez pas conservé de la bonne façon. Assurez-vous de bien dorloter vos aliments afin d’allonger leur durée de vie. Pensez aussi à placer les aliments moins frais à l’avant pour vous rappeler de les consommer rapidement. Cette rotation réduira considérablement votre gaspillage alimentaire.

Pour les pots, les conserves et les restants, inscrivez la date d’ouverture ou la date de cuisson sur ceux-ci pour ne plus vous poser la question suivante : « j’ai fait ça quand déjà ? ». Cela vous évitera de jeter le tout si jamais vous doutez de la réponse.

4 – Optez pour la congélation

Vous n’avez pas envie de manger des restants ? Vous avez cuisiné un peu trop ? Congelez tout ça ! Ça vous permettra de ne rien jeter, mais surtout de réutiliser le tout pour d’autres recettes. Puis, si un jour vous ne savez pas trop quoi manger ou l’envie de cuisiner n’y est pas, ouvrez le congélo, trouvez-vous un bon restant et le tour est joué. Le soir arrivé, vous n’aurez qu’à réchauffer. D’ailleurs, le pesto, la pâte de tomate et le yogourt sont faciles à congeler (faites-le dans un moule à glaçons pour le diviser en portion unique). Le café et le vin (pour vos sauces) se congèlent très bien aussi.

5 – Apprêtez vos aliments

Vos fruits commencent à être trop mûrs ? Utilisez-les pour faire des smoothies, des tartes ou des compotes. Vos légumes vous font des bye bye ? Pourquoi ne pas en faire des soupes ou des omelettes garnies ? Vous pouvez aussi blanchir vos fruits et légumes et les congeler.

6 – Réutilisez le plus possible

Vous avez de plus en plus tendance à réutiliser vos plats en plastique ou en verre pour réduire vos déchets, mais pourquoi ne le faites-vous pas en cuisine ? Vous serez surpris de la nourriture que l’on peut réutiliser. Par exemple, votre eau de cuisson peut être utilisée pour faire cuire plusieurs choses, votre carcasse de poulet pour du bouillon maison et même chose pour les restants de légumes. Notre section Recettes vous inspirera peut-être à réutiliser certains de vos aliments.

 7 – Partagez avec votre entourage

Être tanné de manger une chose en particulier, ça arrive à tout le monde et il ne faut pas en avoir honte. Le cas échéant, n’hésitez pas à partager avec vos collègues, vos voisins ou votre famille. Pourquoi ne pas faire un « club des restants » au travail ? De cette façon, vous réduirez le gaspillage et vous ferez découvrir de nouveaux aliments à vos proches.

8 – Réduisez vos achats

Pour éviter de gaspiller, ça passe aussi par les achats que vous faites. Vous arrivez au Marché liste à la main, mais ressortez trop souvent avec 10 choses en plus ? Tâchez de respecter votre liste et de vous en tenir à ce dont vous avez réellement besoin. Ainsi, moins de chance de devoir jeter quoi que ce soit.

9 – Fiez-vous à vos sens

Parlons-en de cette fameuse date d’expiration ! Ne jetez pas un aliment simplement parce que la date « meilleur avant » était la veille. Plusieurs aliments sont excellents après cette date. En fait, la mention « meilleur avant » ne veut pas dire « expire après ». Fiez-vous à vos sens pour déterminer si c’est encore bon. Si vous remarquez que le fromage cheddar a un peu de mousse et qu’il dégage une forte odeur, ce n’est peut-être pas une bonne idée, mais si votre yogourt sent et goûte bon même deux jours plus tard, n’hésitez pas à le consommer ! Ça en fera moins dans la poubelle.

10 – Privilégiez les recettes maison

Regardez tout ce que vous avez dans votre frigo et faites-vous confiance. Inventez au fur et à mesure avec ce que vous avez sous la main. Vous découvrirez non seulement une nouvelle recette, mais vous utiliserez de façon optimale vos aliments ET vous économiserez. Éviter le gaspillage et économiser ? Le meilleur des deux mondes, non ?

Envie d’avoir d’autres trucs pour réduire au maximum votre gaspillage alimentaire ? Assistez à notre conférence Zéro gaspillage du 12 janvier 2019. Vous apprendrez la technique des « 1,2,3 vies zéro gaspi » par Florence-Léa Siry de Chic frigo sans fric.

Protéines végétales sur fond blanc

Le guide ultime de la protéine végétale

Le guide ultime de la protéine végétale 990 650 Jessica French

Que tu sois végétarien, à la recherche de diversité dans ton assiette ou que tu vises à réduire ta consommation de viande, tu dois aussi t’assurer que ton corps obtienne suffisamment de protéines. C’est donc là que les protéines végétales entrent en jeu ! Elles sont indispensables au bon fonctionnement de notre corps et elles ont un précieux rôle dans la défense de l’organisme contre certaines maladies. Si tu as l’impression de t’y perdre parmi l’offre disponible sur les étals du Marché, consulte ce guide qui te propose 12 protéines végétales parfaites pour t’aider à combler tes besoins en protéines et avoir l’énergie nécessaire pour fonctionner.

1 – La spiruline : la super algue

La spiruline, c’est un peu comme une superhéroïne. Il s’agit d’une super algue (en poudre la plupart du temps) qui fournit 57 g de protéines pour une portion de 100 g. Elle est la protéine végétale possédant le plus haut taux de protéines et d’acides aminés. Toutefois, vu que la plupart d’entre nous n’en consomment qu’une cuillère à thé ou deux dans un smoothie, on passe souvent à côté de ses bienfaits. La spiruline peut aussi être utilisée en vinaigrette, dans les galettes ou incorporée dans plusieurs pains.

2- Les légumineuses : les passe-partout

Tu cherches un moyen simple et économique de remplacer la viande ? Opte pour les légumineuses. Celles-ci s’avèrent riches en fibres, en minéraux et en vitamines. Mélangées avec du riz, en boulette de hamburger ou dans un pâté chinois (les lentilles), les légumineuses te donneront un effet de satiété très rapidement. D’ailleurs, elles représentent le groupe alimentaire ayant la plus grande diversité de nutriments.

3 – Les noix : l’énergie

On le sait, le plat de bonbons te fait sûrement de l’œil, mais disons que la protéine n’est pas son point fort. En optant pour des noix en collation ou dans tes repas, tu t’assures de 20 g de protéines pour 100 g, mais tu contribues aussi à faire baisser le taux de ton mauvais cholestérol. À ne pas négliger.

4 – La céréale complète : l’étonnante

Afin d’obtenir ton apport en protéines, en vitamine B, en fer et en fibres, les céréales complètes sont un excellent choix. Qu’elles soient faites à partir d’avoine, de quinoa, de seigle, d’amarante, de maïs, de boulgour ou encore de riz complet, elles te permettront de consommer tous les nutriments nécessaires à ton organisme. Alors, sors-toi un bol et remplis-toi le bedon. La céréale complète peut aussi être utilisée dans des pains, des pâtes, des crumbles ou des gâteaux.

5 – Le tofu : le caméléon

Véritable caméléon, on ne compte plus les alternatives à la viande faites à base de tofu. En fait, un grand pourcentage de tes recettes peuvent voir leur viande être remplacée par le tofu. On pense d’ailleurs au tofu général tao ou aux croquettes de tofu. De plus, il s’incorpore facilement dans les smoothies et les desserts. Que le tofu soit ferme, extra ferme, soyeux ou aux bananes, l’offre est inimaginable. Ce produit dérivé du soya propose environ 11,5 g de protéines au 100 g et plus il est ferme, plus il est dense et plus il contient de protéines.

6 – Les algues : les émergents

Plus haut, on t’a parlé de la spiruline qui fait un peu bande à part, mais les autres algues sont une tout aussi bonne source de protéines. Selon la variété choisie, l’algue peut t’offrir de 3 à 5,8 g de protéines pour 100 g. Les algues ne seront pas nécessairement ton plat principal, mais elles permettent d’atteindre ton apport quotidien en protéines. À consommer en accompagnement du poisson, dans une terrine, en tartare ou encore dans tes sushis.

7 – Le tempeh : le chouchou

Le tempeh est élaboré à partir de graines de soja fermentées et il a étrangement des airs de fromage. Il offre 20 g de protéines pour 100 g. Haché dans une recette, il ressemble à s’y méprendre à de la viande. En burger, en tacos ou en chili, le tempeh deviendra rapidement votre chouchou.

8 – Le soja : le poids lourd

Une alternative de poids à la viande, car à volume égal, cette plante renferme plus de fer et de protéines que le bœuf. Le soja est une bonne source d’acides gras essentiels et offre 36 g de protéines pour 100 g. Se déclinant en plusieurs préparations, tu pourras en mettre partout : salades, smoothies, sauces, soupes, poêlées ou encore en le buvant tout simplement en lait.

9 – Les pois chiches : les accessibles

Sans être une protéine complète, cette légumineuse offre 14 g de protéines pour 100 g et elle contient énormément de fibres. Même si tu n’es pas un très grand fan des légumineuses, la plupart des gens apprécient, ou tolèrent à tout le moins, les pois chiches. Qu’ils soient dans un couscous, dans du riz ou en houmous, tu trouveras assurément une façon de les apprêter pour les apprécier à leur juste valeur.

10 – Les graines de chanvre : la croquante

Faciles à digérer, les graines de chanvre ont aussi un effet anti-inflammatoire sur ton métabolisme. Elles offrent 26 g de protéines pour 100 g et elles sont très riches en oméga-3 ainsi qu’en vitamine A, D et E. Économiques, elles se saupoudrent un peu partout : salades, soupes, smoothies, etc.

11 – L’edamame : l’impressionnante

Cette collation japonaise est irrésistible et très populaire. En fait, il s’agit de fèves de soya cuites à la vapeur et servies dans leur cosse avec un peu de sel. Tu peux aussi les manger déjà écossées pour les ajouter dans des salades, des sautés, des pâtes, etc. Pour 100 g d’edamames, on obtient 24 g de protéines.

12 – Le seitan : le p’tit nouveau

Originalement cuisiné par les bouddhistes, le seitan gagne en popularité chez les protéines végétales. Le seitan est très semblable au tofu, la différence c’est qu’il est fait à base de farine de blé ou d’épeautre. Il peut donc remplacer la viande dans la majorité des recettes contenant du bœuf, du porc ou du poulet en offrant 75 g de protéines pour 100 g de seitan. Tu y retrouveras aussi une bonne dose de vitamine B2 et de fer.

 

station gourmande des fêtes

10 trucs pour un repas des fêtes sans stress

10 trucs pour un repas des fêtes sans stress 990 650 Jessica French

Le temps des fêtes, quelle belle période ! Le paysage blanc rend les journées féeriques, nous passons plus de temps en famille, mais surtout, l’abondance règne sur la table. De la tourtière aux petites saucisses dans le bacon en passant par la dinde, ce n’est pas les choix qui manquent lors des réunions auxquelles nous sommes invités. Sauf que si nous sommes le chef d’orchestre de cette fête, il y a beaucoup de choses sur notre liste afin de créer LE repas de Noël dont tout le monde se souviendra. Pour t’aider dans cette mission, voici nos 10 trucs pour un repas de Noël sans stress… ou presque. 

1 – Se prendre d’avance

Ceci est probablement le mot d’ordre pour TOUTES les étapes qui te mèneront à ton repas de Noël. Plus tu seras organisé, plus tu enlèveras de la pression de sur tes épaules. La première étape, c’est de planifier ton menu. Pense à ce que tu aimerais mettre sur la table et le reste suivra.

2- Avoir un menu peu accaparant

Personne n’a envie de passer l’entièreté de la veillée derrière les fourneaux. Ce n’est pas parce que tu es l’hôte que tu dois manquer la soirée la plus magique de l’année. En établissant un repas qui ne demande pas trop de préparation, tu auras du temps pour passer un moment avec tes proches. Pourquoi ne pas intégrer quelques aliments déjà préparés question de t’alléger la tâche ? Certains marchands proposent même un service de traiteur pour le temps des fêtes, n’hésite pas à en faire la demande. 

3 – Choisir des recettes que tu connais bien

Ce n’est pas le moment d’impressionner tante Denise avec la dernière recette populaire en 375 étapes à la Masterchef. Les probabilités d’échouer sont malheureusement élevées et nul besoin de te dire que tu n’auras ni le temps d’aller chercher ce qu’il te manquera ni de réessayer. Vas-y avec des choses simples et des recettes que tu maîtrises déjà. Tu garderas ainsi le contrôle et tout le monde aimera tes plats concoctés avec amour.

4 – Buffet ou repas complet ?

Pour alléger ta popote, pense à créer une petite station gourmande au lieu d’un six services à table. Cela réduira considérablement le va-et-vient entre la salle à dîner et la cuisine en plus de te permettre de passer du bon temps en famille. Ce qui est bien avec les buffets, c’est que tu peux faire aller ta créativité côté petites bouchées et tu seras certain de satisfaire les goûts de tout le monde. Tu peux aussi de délester de toutes ces responsabilités en optant pour un service traiteur que certains de nos marchands offrent comme la Boulangerie du Marché, les Délices de Nonna ou La Rustika

5 – Préparer sa liste

Après avoir établi ton menu, c’est maintenant le moment de passer à l’action et de déterminer tous les aliments dont tu as besoin. Prends le temps de réfléchir à ce qu’il te faut afin de ne rien oublier et d’éviter d’être mal pris le jour J.

6 – Calculer son budget

L’idée est d’offrir un bon repas pour rassembler la famille. Inutile de dépenser une fortune, l’important c’est d’être avec les gens qu’on aime et de se retrouver. Établis un budget avec lequel tu seras à l’aise et de là, construis un menu qui s’y adapte.

7 – Acheter dès maintenant

Dans le même ordre d’idées que la liste, n’hésite pas à acheter la nourriture nécessaire plusieurs jours à l’avance voire même plusieurs semaines. Comme ça, s’il te manque quelque chose, tu auras amplement le temps de faire une visite imprévue au marché. Sans oublier que d’avoir tout en main te permettra de commencer ton travail en cuisine sans stress.

8 – Régler le dessert

Que serait Noël sans se sucrer le bec bien comme il le faut ? Tarte aux pacanes, bûche, gâteau renversé, fudge… Toutes les familles ont leur classique en matière de dessert, mais parfois c’est ce qui peut prendre le plus de temps en cuisine. Certains marchands ont pensé à tout en t’offrant une variété de desserts prêts-à-servir. Cela te fera gagner du temps et tu pourras rayer une chose de plus sur ta liste.

9 – Cuisiner en famille

Profite du fait que tu dois cuisiner pour passer du temps en famille et mettre tout le monde à la pâte. Le tout se préparera plus vite et tu auras le temps de te changer pour recevoir la visite.

10 – Décorer à l’avance et déterminer l’ambiance

Un repas de Noël n’en est pas un s’il n’y a pas de musique appropriée ni de décoration. Garde ça simple, mais décore à l’avance afin de ne pas courir dans tous les sens la journée même et ainsi oublier la sauce sur le feu.

Passe au Marché ! Nous sommes une destination de choix pour appliquer ces trucs, sauver du temps et tout trouver pour les gens que tu aimes. Repas et cadeaux d’hôtes inclus ! Bon magasinage et bonne popote du temps des fêtes.